SHARE
La jeunesse a occupé une place de choix dans la réponse du chef de l’Etat aux vœux formulés, ce samedi 6 novembre 2018, à Brazzaville, par les forces vives de la Nation en cette année 2018 au couple présidentiel. Un appel a été lancé en direction des confessions religieuses pour prévenir et moraliser les jeunes contre les antivaleurs. 

Après le corps diplomatique, les institutions constitutionnelles et les administrations publiques, le tour est revenu, ce 6 janvier, aux forces vives de la nation pour présenter leur vœu de nouvel an au couple présidentiel.

La cour du palais présidentiel a affiché complet, partis politiques, associations, Ong, anciens ministres… tout le monde  a rehaussé de sa présence à ce rituel qui est devenu une tradition. Comme d’habitude, Denis Sassou-N’Guesso n’a pas fait exception à la règle. Des orientations ont été données aux confessions religieuses pour qu’elles jouent pleinement leur rôle.

Ces orientations, selon Denis Sassou-N’Guesso « pose en réalité un problème d’éducation ». Le chef de l’Etat congolais a pris le soin de présenter le devoir qu’incombe les anciens envers la patrie : «  Nous avons l’impérieux devoir de léguer à la jeunesse une Nation prospère, débarrassée des  pesanteurs et comportements déviants, afin qu’elle assume efficacement ses responsabilités. » A martelé Denis Sassou-NGuesso.

A ce sujet, le chef d l’Etat a réitéré son appel aux confessions religieuses « pour prévenir les jeunes contre le diable des tentations diverses et des fléaux qui prennent de plus en plus corps dans notre pays ». De-meme qu’il a énuméré certaines déviances et débordements, tels « les nuisances sonores, la déformation et l’expression viciées, comme la bible, le coran et la Torah. »

Cephas Germain Ewangui, coordonnateur du réseau national des organisations de la société civile (CORAGED), peu avant  la réponse du chef de l’Etat, a reconnu qu’ « il est impossible de construire une nation solide et prospère sans  se départir de ses antivaleurs. »

Par la même occasion, il a salué les efforts du chef de l’Etat « en direction des agents de l’Etat, dans le traitement des salaires et le relèvement du point de la valeur d’indice de solde de 275 à 300. Sur la question de l’enseignement, l’orateur a sollicité au président de la République de prendre «  en main le dossier pour sauver, in extremis, cette année académique » face au péril d’une année blanche qui pointe à l’Université Marien Ngouabi.

A noter que, cette cérémonie de présentation des vœux des forces vives de la nation, à l’occasion du nouvel an 2018, boucle la boucle des cérémonies de présentation des vœux au couple présidentiel.

MIATOLOKA Boryce Agapyth

Correspondant particulier de JMI au Congo

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE