SHARE

L’atelier de lancement du projet de reconstruction de la route Coyah-Farmoreah tenu ce vendredi, 15 décembre 2017, a permis à la ministre des Travaux Publics, Madame Oumou Camara a indiqué que la construction et la réhabilitation des routes nationales constituent un axe majeur de notre stratégie sectorielle.

Les routes ont un socio-économique, et un impact visant particulièrement à désenclaver toutes les régions du pays et assurer une intégration régionale dans l’espace Mano River Union et la CEDEAO, afin de stimuler la création de richesses au bénéfice des populations.

«Le présent projet consiste à  reconstruire 75 km de la route en procédant à son élargissement pour la porter aux normes standards de la CEDEAO (7m de chaussée et deux accotements de 1,5m chacun avec une structure revêtue en béton bitumineux (BB) ainsi que les ouvrages d’art sur cette route; rendre opérationnels les postes de contrôle juxtaposés à Pamelap en appuyant l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers des deux pays », a déclaré la ministre, Oumou Camara.

Elle a ensuite affirmé que le projet sera mis en œuvre sur une période de 4 ans pour un coût total HT/HD, estimé à 78,08 millions d’EUR composé de dons et de prêts conjointement financés par le Groupe de la BAD (Banque) et de l’UE.

« Les investissements en infrastructures de base, en général, et routières en particulier, sont parmi les plus onéreux et déterminants pour le développement d’un pays susceptibles de garantir l’amélioration des capacités productives et le bien-être de la population », a signalé la ministre des travaux publics.

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments

SHARE