SHARE

Joint au téléphone ce lundi, 13 novembre 2017 par justinmorel.info, suite à la grève des enseignants déclenchée ce lundi, 13 novembre 2017 sur toute l’étendue du territoire national du pays, dont le motif est de réclamer au gouvernement guinéen, une amélioration de leurs conditions salariales, le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation , a indiqué qu’il ne considère pas ce mot d’ordre de grève…

Mais, aux yeux du ministre Ibrahima Kalil Konaté, il s’agit plutôt d’un mouvement protestataire initié par quelques d’enseignants sortis du mouvement central syndical.

 » Je ne veux pas entendre le mot d’ordre de grève mais plutôt, c’est un mouvement de contestation orchestré par un certain nombre d’enseignants déchus de la centrale syndicale « , a déclaré le ministre Ibrahima Kalil Konaté.

Etant présentement en haute Guinée précisément dans la préfecture de Kankan, le chef de département de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation, a également signalé que ce mouvement de contestation n’a pas  sa raison d’être, dans la mesure où selon lui, les procédures pour aller à une grève n’ont pas été respectées par cette minorité d’enseignants qui tentent à tout prix de déstabiliser l’enseignement dans le pays .

Résultat de recherche d'images pour "ibrahima kalil konate" » Présentement, je suis en mission à en Haute-Guinée mais, lorsqu’on me dit qu’il y a grève  des enseignants, je m’inscris en faux parce qu’ici, les cours se dispensent dans les conditions normales. Tout compte fait , je serai dans les prochains jours à Conakry  », a conclu le ministre  Ibrahima Kalil Konaté.

Léon KOLIE pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

 

Comments

comments

SHARE