SHARE

Déclaration du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG) sur les violences faites aux journalistes suite à la détention  de Monsieur Aboubacar Camara, Directeur Général du groupe Gangan

Après la libération du Directeur du groupe Gangan Aboubacar Camara, Secrétaire General de l’URTELGUI,  le Syndicat des Professionnels de la Presse  de Guinée exprime sa profonde indignation et condamne avec la dernière énergie les bavures des agents de la gendarmerie vis-à-vis des journalistes.

En effet, dans la journée du mardi 31 octobre, les journalistes ont été frappés à coups de crosses, de ceintures et de matraques par des gendarmes à l’escadron mobile N°3 de Matam. Cette brutalité  qui relève d’un autre âge a enregistré des destructions du matériel de travail de plusieurs journalistes et une quinzaine de blessés dont cinq (5) graves.

D’ailleurs, ceci n’est pas un cas isolé, car ces derniers temps les journalistes sont perpétuellement victimes d’intimidations et/ ou agressions en plein exercice de  leur métier.

Les derniers cas en date furent l’agression dont ont été victime deux de nos confrères d’Espace TV lors de l’incendie au camp Alpha Yaya Diallo il y a de cela deux(2) semaines

Par conséquent, le SPPG exprime sa détermination à ne reculer d’un iota face à une quelconque tentative d’intimidation ou de musèlement de la profession.

En tout état de cause, le syndicat interpelle les autorités  administratives, la Haute Autorité de la Communication, ainsi que l’opinion nationale et internationale sur ces agissements devenus récurrents  contre les hommes de médias, qui ne favorisent aucunement le libre exercice de la profession du journalisme en Guinée.

Fait à Conakry  le 31 Octobre 2017

Le Secrétaire Général

 Sidi Diallo

Copyright © JustinMorel.Info  

Comments

comments

SHARE