SHARE

Au sortir des questions orales entre l’Honorable Doumbia et le ministre de l’éducation, l’opposition est entrée dans la danse. C’est désormais le PM qui est invité à la barre pour faire le point sur la question des écoles turques au Mali.

Une semaine après l’interpellation d’Ag Erlaf par le député Zoumana N’Tji, l’acte 2 du dossier turque est relancé. Non satisfaite des arguments que le ministre de l’éducation avait mis en avant, l’opposition a convoqué le gouvernement.

Les motifs de cette interpellation portent sur la propriété des écoles du Groupe Horizon qui fait grand bruit. En effet, l’Etat a  signé un protocole d’accord avec le Fondation Maarif, autorisant le transfert des activités du Collège Horizon. Une collaboration mal ficelée selon l’élu de Bougouni qui a ouvert les hostilités.

L’opposition était aux aguets. Actuellement renforcée par le recul du président IBK, suite au projet référendaire, ses groupes parlementaires ( VRD-SADI et ADP Maliba) ont interpellé le ministre malien de l’éducation pour tirer les choses au clair au matin du jeudi  21 Septembre 2017.

La tension est vive au sein du Parlement malien, où chacun affûte ses armes. Le groupe du parti présidentiel RPM est remonté contre l’élu de Bougouni. Aux yeux de ses députés, Zoumana N’Tji Doumbia n’aurait pas dû convoquer le ministre. Ils nous confient que tout avait été fait pour dissuader ce dernier.

Désormais, le gouvernement d’Abdoulaye Idrissa Maiga devra faire face à ses responsabilités, et expliquer au peuple malien, ainsi qu’au monde, le fond de ce qu’on pourrai appeler la « polémique turque ».

 

Idrissa KEITA pour JMI

Correspondant particulier de JMI au Mali

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE