SHARE

Dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 septembre 2017, un jeune homme dont l’identité n’est pas connue à été agressé par des individus non encore identifiés. Les faits se sont produits au quartier Mairie, dans la commune urbaine de Labé.

C’est dans un état critique que ce jeune inconnu a été retrouvé. Ousmane Bah, premier responsable de la garde communale de Labé, dont les agents ont fait la découverte, décrit l’état dans lequel était ce jeune.
« C’est aux environs de six heures du matin que quelqu’un a appelé la garde communale. Nous nous sommes ainsi rendus sur les lieux. Quand nous sommes arrivés, on a trouvé un monsieur dans un bain de sang, il était inconscient, il ne parlait pas. C’est ainsi que j’ai instruit mes agents de l’évacuer sur l’hôpital régional de Labé », a-t-il expliqué.
A l’hôpital régional de Labé, c’est au service de la traumatologie que le jeune comateux a été reçu: « Nous avons reçu ce matin un malade de teint clair, mince, environ d’un mètre soixante dix.C’est le service de traumatologie qui nous l’a adressé pour son état d’inconscience. Il est ici pour traumatisme crânien ou ancéphalique grave plus perte de connaissance. On l’a examiné, on a trouvé qu’il a une plaie linaire où, on a fait trois points de suture et quelques égratignures corporelles sur le visage. Au-cours de l’examen, on a trouvé qu’il est en hypertension intracrânienne avec signe de décérébration, on l’a mis sous osmothérapie. Nous lui avons donné de l’oxygène et opéré une surveillance sous scope. On lui a placé une sonde vésicale et une sonde gastrique pour l’empêcher de vomir », a fait savoir le responsable du service des soins intensifs de l’hôpital régional de Labé, Dr Alpha Amadou.
Parlant du pronostic vital du jeune, le chargé des soins intensifs à l’hôpital de Labé, a préféré jouer la carte de la probabilité, en affirtmant: .« le traitement que nous lui avons administré l’a stabilisé mais concernant son pronostic vital, le temps mis avant qu’il ne soit à l’hôpital, nous pensons que ce pronostic est très mauvais », a dit sans détour le médecin.
La question qui est sur toutes les lèvres est celle de savoir jusqu’à quand ces hommes sans foi ni loi agiront en toute liberté et sans être inquiétés dans nos cités.
BALDE Ibrahima Fodoué pourv JMI
Correspondant permanent de JMI pour la Moyenne Guinée 
JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE