SHARE

La télévision nationale malienne a revu sa copie  ces dernières semaines. Finalement, les critiques qui avaient fusé après la partialité constatée ont eu raison de la direction de l’institution.

Dans ce contexte de pause autour du projet référendaire, on peut dire que l’ORTM a fait son mea culpa. Le média d’Etat malien était au cœur de la controverse, suite à une partialité flagrante. C’était lors de la diffusion de la marche de l’opposition, la veille du  sommet G 5 Sahel, en plus d’être passée à côté dans l’information en temps et heure de l’attaque du campement Kangaba, elle avait manqué de fair-play, ce que votre site avait relayé en son temps.

Les critiques avaient éclaté de partout, notamment sur les réseaux sociaux. Finalement les sorties des adversaires au pouvoir d’IBK ont été diffusées sans parti pris. Un signe de décrispation du DG Sidiki Fah Konaté, qui aura tenu compte de la tension au sein du contexte socio-politique. Fini les images d’amateur qui étaient parues dans le JT autour de questions vitales pour le Mali.

Aussi, l’édition d’information s’est désormais dotée d’un plateau digne de l’ORTM. Un cadre des plus esthétiques, et qui motive le public qui était aux abonnés absents de la grande édition de 20h. Mieux, le conseil des ministres est traité autrement. Au lieu de la traditionnelle lecture ennuyante qui pouvait prendre plus de temps que la durée du JT, Sidiki Fah Konaté a opté pour un format plus classique : celui des images commentées.

On peut donc distinguer les ministères ainsi que leurs occupants , et une voix off expliquant ce qu’ils proposent au Conseil pour faire avancer le Mali. Avec  un site d’information à jour, l’ORTM aura su se surpasser pour répondre aux attentes. Une crédibilité qui ne pourra que renforcer le lien avec les téléspectateurs, au nom de « la passion du service public ».

Idrissa KEITA pour JMI

Correspondant de JMI au Mali

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE