SHARE

Les deux premiers cités ont été arrêtés dans le cadre de la tentative d’assassinat sur Mamadou Saliou Diallo, ce jeune conducteur de taxi moto agressé par ses prétendus passagers mardi dernier.

Devant la presse ont tous deux ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Marcel lui, a été présenté comme ayant armé les bandits, commandité et planifié leurs actions sur le terrain.

« Pour préparer l’opération, c’est notre grand Marcel qui m’a donné deux boules de chanvre indien à crédit. Il nous a dit ensuite qu’il veut une moto indienne de la marque TVS. Que si on lui amenait une TVS, qu’il nous donnerait quatre millions cinq cents mille francs guinéens, qu’on allait se partager à deux. C’est ainsi que nous sommes allés déplacer un taxi-maître entre 9h et 10h, qui nous a dit que le transport c’est soixante mille francs guinéens, quand mon ami a dit qu’il en rajoute quarante mille. Sory a pris le couteau et m’a donné la corde parce que dit-il, un de mes pieds n’était pas bien portant. A mi-parcours on est passé à l’acte mais quand j’ai voulu mettre la corde autour de son cou, j’ai échoué à cause du casque qu’il portait. C’est en ce moment que Sory qui était derrière a logé le couteau dans son ventre ! », a expliqué Amadou Bah l’un des prévenus.

Accusé d’être le commanditaire de cet acte criminel, Marcel Koïvogui a nié en bloc les faits qui lui sont reprochés :

« Ce sont ces enfants-là qui m’ont accusé, comme quoi c’est moi qui leur aurais demandé d’aller commettre des crimes. Or, ce n’est pas moi. Ils sont allés faire un vol à mains armées. C’est seulement quand j’ai été arrêté que j’ai su ce qu’ils sont allés faire c’est-à-dire qu’ils sont allés déplacer un taxi-moto, l’ont poignardé pour lui retirer son engina. Ces enfants-là, on s’est connu il y a très peu de temps », s’est-il défendu.

Le directeur régional de la sûreté de Labé Boubacar Biro Keïta a s’est réjoui de ces arrestations et a appelé les citoyens à plus de collaboration.

« Ces arrestations sont le résultat d’une collaboration des forces de sécurité et avec les populations de Labé. Si cette collaboration continue nous réussirons dans la traque des hors la loi, et la région de Labé sera débarrassée des bandits et de leurs complices », a-t-il déclaré.

En plus de reconnaître les faits qui leur sont reprochés, Amadou Bah et Ibrahima Sory Camara, disent savoir qui sont les assassins de Mamadou Bachir Diallo, un autre jeune motard de 20 ans froidement abattu il y’a quelques mois au quartier par des individus jusqu’à présent non identifiés. Les deux présumés hors la loi ont été donc déférés à la justice, en attendant leur procès.

 

Baldé Ibrahima Fodoué pour JMI

Correspondant de JMI pour la Moyenne Guinée

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE