SHARE

La balle au panier est la plus grande pourvoyeuses de médailles au pays de Soundiata Keïta. Ce qui a poussé les autorités nationales à abriter la prochaine rencontre de l’Afrobasket à Bamako.

Ces trois dernières années, le Mali du basket a présenté une ossature africaine. Glanant les médailles d’or à travers ses équipes  féminines, le pays organisera du 18 au 27 Septembre 2017, la compétition des Seniors. Une situation qui intervient au lendemain d’une anecdote que la sélection nationale n’oubliera pas, lors des jeux de la Francophonie en Côte d’Ivoire.

Au soir du mercredi 24 juillet 2017, le Mali se retrouvait face à l’équipe du Québec qui avait une joueuse spéciale : Sirah Diarra, née canadienne de père malien. Celle qui évolue à l’équipe de Clemson a trompé les apparences sans se déclarer. Malheur pour ses sœurs du Mali, elle entendait tout ce qu’elles se disaient et le reportait à sa team. Finalement , elle a compris qu’il fallait laisser le Mali avoir la main sur la balle, pour se faire surprendre par des contre.

Sirah Diarra fera donc tomber sa patrie, où elle n’a pas encore mis les pieds, car fille d’une Congolaise. Son linguala est des plus limpides comme le fameux Dikembe Muntombo de la NBA en son temps. Comprenant parfaitement le bambara, son sang malien aura eu raison des Aigles qui n’auraient pas regretter l’avoir dans leur rangs. On le voit bien, le Mali devient un  »danger » pour lui-même et ne devra aucunement se rater durant l’Afrobakset 2017. Sourire sportif!

Aucun faux pas ne sera toléré surtout que ce sera le public qui sera aux manettes. Comme pour dire qu’à tous les coups , le Mali joue toujours …. Contre le Mali.

Idrissa KEITA pour JMI

Correspondant de JMI au Mali

JMI Copyright © JustinMorel.Info 

Comments

comments

SHARE