SHARE

Un réceptif  d’un hôtelier de la place a servi de cadre ce mardi, 1er août 2017, au ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance et ses partenaires de célébrer la journée internationale de la dignité des victimes de la traite des humains placée sous le thème « Agissons maintenant pour protéger les victimes ».

La traite d’êtres humains est l’exploitation criminelle de femmes, d’hommes et d’enfants à des fins diverses, dont le travail forcé et l’exploitation sexuelle. En décembre 2013, l’Assemblée générale de l’ONU a tenu une réunion de haut niveau pour évaluer le plan d’action mondial.

Cette cérémonie a connu la présence de la ministre l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance Sanaba kaba , le Chef de délégation de l’Union Européenne Gerardus Gielen, le Représentant du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme en Guinée Louis Marie Bouaka et de la Cheffe de mission de l’Organisation Internationale pour les Migrations et  et certains représentants des départements sectoriels et des ONG impliqués dans la protection et de la promotion des droits humains y étaient présents.

Dans son allocution, la ministre de  l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Sanaba kaba a indiqué lors de la rencontre qu’en dépit de ces efforts louables, il faut reconnaître que les obstacles existent notamment parlant du travail des enfants dans les mines d’or ou dans les activités agricoles, la mendicité forcée qui constituent des formes de la Traite et souvent pratiquées dans nos communautés.

La cheffe de département de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, a également déclaré qu’il faut noter l’insuffisance des ressources nécessaires allouées à la lutte contre la Traite, le manque d’informations quantitatives fiables pour évaluer l’ampleur, la  persistance des pratiques traditionnelles qui vont à l’encontre de la promotion des droits humains.

 ‘’L’image des enfants victimes d’exploitation forcée est vraiment sombre. Les enfants sont souvent transportés par camion ou par bateau avarié et sont privés d’eau et de nourriture. Pour les survivants, l’avenir est plus que sombre. Face à ce fléau’’, a signalé le ministre Sanaba Kaba.

Sanaba Kaba a précisé qu’il a été élaboré sous l’égide des Nations Unies, la Convention contre la criminalité transnationale et ses protocoles additionnels dont l’un est relatif à la lutte contre la traite des personnes en particulier les femmes et les enfants.

Elle  a clairement précisé qu’outre le protocole de Palerme, les Etats membres de l’ONU ont  adopté au mois de septembre 2015, les objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Momo SOUMAH pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE