SHARE

Comme quoi, ce n’est pas seulement en Guinée que des « frou frou » ont été enregistrés, lors de la proclamation des résultats du Bac. A la surprise générale,les résultats du ont été revus en seconde région malienne. Si des erreurs techniques en sont la raison, les conséquences sociales ne sont pas des moindres par contre. 

Parfois on le dit , le Bac s’obtient sur un coup du sort au-delà des études. C’est ce qui s’est passé à Koulikoro, avec la reprise des résultats, pourtant proclamés depuis le mercredi 19 juillet. Comme une trainée de poudre, la rumeur de la reprise des résultats nationaux du Bac, avait fait sa route la nuit du 25 au 26 Juillet. Mais, c’était  le pôle éducatif de la région Koulikoro qui était concerné.

Au final, on se retrouve avec 221 admis du 19 juillet recalés, tandis que 468 candidats censés avoir échoué intègrent le monde universitaire. Au vu du buzz qu’il y avait eu, alors que l’Honorable Jacqueline Togola était aux affaires en 2014, le Bac ne devrait pas subir pareil revers.

Des erreurs auraient été enregistrées çà et là, provoquant une situation qui a conduit aux invectives des parents d’élèves. Ils ont dans le viseur le Directeur d’Académie de la 2ème région du Mali, qui se retrouve sur une chaise éjectable…

Les responsabilités sont nombreuses puisqu’il s’agit de la chaîne de corrections des examens qui a coulé.

Qui sont les auteurs de cette faute grave?

Comment la vigilance a pu manquer à cette étape si cruciale au moment des corrections?

Le ministre de l’éducation devrait présenter des excuses en plus de rendre public les sanctions, sans aller sous le label de la cuisine interne. D’ici là, les candidats du Bac 2017 retiendront cette assertion qui s’est toujours vérifiée : « La roue tourne ! »

Idrissa KEITA pour JMI

Correspondant particulier de JMI au Mali 

JMJ Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE