SHARE

Huit jours après l’arrestation du ragaeman Elie kamano tandis qu’il manifestait en compagnie d’un groupe d’amis contre un troisième mandat, c’est au tour du rasta Takana Zion de subir la colère du pouvoir.

L’artiste a été arrêté ce mardi 25 juillet sur le boulevard Telli Diallo, à la tête d’un carnaval parti de l’esplanade du stade du 28 septembre, pour dénoncer « les tares de la gouvernance actuelle » et tout projet lié à un troisième mandat.

A la tête d’un mouvement appelé « Wonkhai 2020 » (qui veut dire littéralement Allons en 2020) créé pour faire front contre toute tentative  de modification constitutionnelle en faveur d’un troisième mandat, Takana Zion et d’autres artistes de la musique urbaine, tous membres de « Wonkhai 2020 » dont Djani Alpha, Steeve One Locks, Singleton se sont déjà illustrés récemment par des activités d’assainissement à Conakry.

Takana Zion a été arrêté et conduit au haut commandement de la gendarmerie nationale où ses amis artistes ont décidé d’aller le libérer. Cela pourrait aboutir à un sérieux bras de fer entre les forces de l’ordre et les musiciens et jeunes manifestants, qui ont été soumis à la bastonnade et aux gaz lacrymogènes.

Quoiqu’il en soit ce sera comme pour Elie, une libération prochaine, le tout étant de dissuader ces jeunes de troubler les eaux du pouvoir.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE