SHARE

Alors que son pays traverse des zones de turbulence sur les plans économiques ( la croissance est de retour, mais elle est loin d’être inclusive, les chiffres du chômage ne font que gonfler), et politique notamment sur le plan des élections avec un agenda pratiquement impossible, le président Condé toujours entre deux avions, semble avoir d’autres priorités que de s’occuper des rapports étrangers, qui accablent son pays à tous points de vue.

Présent à Addis Abeba, au 29 ème sommet de l’Union africaine dont il assure la présidence tournante, le président guinéen n’a pas manqué l’occasion une nouvelle fois de faire parler de lui, ce mardi 4 juillet.

La délégation sénégalaise a été surprise de découvrir un projet de dissolution du comité d’orientation du NEPAD, dirigé par le président Macky Sall. « Cette question n’a fait l’objet d’aucune délibération, ni au Comité des représentants permanents (COREP), ni au Conseil exécutif (Conseil des ministres), encore moins durant les travaux du Sommet » ont réagi avec étonnement les délégués sénégalais.

A ce sujet, une vive escarmouche l’ayant opposé au ministre sénégalais des affaires étrangères, n’est pas passé inaperçue. Pour avoir critiqué les lenteurs administratives de l’Agence NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) dont la présidence est assurée par le  Sénégal de Macky Sall, le président Condé a eu un retour de bâton aussi inattendu que violent.

« Le président Macky Sall a été élu à la tête du comité d’orientation du NEPAD, en 2013 et réélu pour un deuxième mandat, en 2015. Etant par principe, contre un troisième mandat, le président Macky Sall n’était pas candidat pour un autre mandat », a jugé utile de répondre Mankeur Ndiaye.

Il n’en fallut pas plus pour irriter le président en exercice de l’UA, qui s’est senti personnellement visé par cette réponse du ministre sénégalais. Le débat sur un probable troisième mandat étant incessamment à la Une des médias guinéens. « C’est n’est pas à vous de nous dire cela. Ce n’est ni le moment ni le jour », lui a sèchement répondu Alpha Condé.

Intense moment de solitude pour le chef de la délégation sénégalaise, qui s’est vu renvoyer sans management à son statut de ministre devant les regards  hilares et médusés des chefs d’états et ministres présents.

Mankeur Ndiaye faisait-il allusion malicieusement à la question des modifications constitutionnelles pour des troisièmes mandats, concernant les chefs d’États africains ?

Mais, le président Condé n’a pas pu s’empêcher de réagir de manière vive sur la question. Comme le dirait l’autre, ce sujet suscite à des égards de la paranoïa au sein de l’exécutif guinéen qui semble allergique à ce débat !

Momo SOUMAH pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE