SHARE

  Introduction

Une toxi-infection alimentaire collective, ou TIAC, est une toxi-infection alimentaire résultant d’une forme de restauration collective à expression digestive se manifestant principalement par la diarrhée, vomissement, douleur abdominale….

C’est une  maladie infectieuse à déclaration obligatoire (MDO) lorsqu’il existe « au moins deux cas groupés, avec des manifestations similaires dues à une contamination par un micro-organisme (bactéries en général) ou une toxine »1.

Une toxi-infection alimentaire collective affectant un grand nombre de personnes peut aboutir à un emballement médiatique que l’on qualifie parfois de scandale alimentaire.

  1. Contexte

A la date du 25 Juin 2017, la Direction préfectorale de la Santé de Lélouma a été informée par le centre de santé de la commune urbaine de Lélouma de l’existence des cas de Diarrhée et vomissement enregistré à thiaghé.

Au vu de tout cela, des appels téléphoniques ont été échangés entre le MCM Préfectoral et les équipes de garde de l’hôpital préfectoral de Lélouma pour avoir des informations complémentaires et orienter les malades reçus à l’hôpital préfectoral. Ces nouvelles informations ont prouvé l’existence d’autres cas qui ont été transportés par l’ambulance à l’hôpital préfectoral. C’est ainsi qu’il a été jugé nécessaire de mener une investigation sur le terrain pour savoir le taux d’attaque.

Le présent rapport retrace les grandes lignes de l’investigation autour de ces foyers.

  1. Méthodologie

Il s’agissait d’une investigation descriptive basée sur les cas témoins. Les données ont été collectées en s’appuyant sur l’observation et les interviews.

  • Cadre de l’investigation

L’investigation s’est déroulée dans les quartiers Diala, Petel dans la commune urbaine, chef-lieu de la préfecture.

Elle est limitée :

  • A l’Est par la Sous-préfecture de Korbè (Préfecture de Lélouma) ;
  • A l’Ouest par la Sous-préfecture de Balaya (Préfecture de Lélouma) ;
  • Au Nord par la Sous-préfecture de Korbè et Balaya (Préfecture de Lélouma) ;
  • Au Sud par la Sous-préfecture de Parawol (Préfecture de Lélouma).

Sa population est estimée à 17613 habitants. Elle comprend sept (7) quartiers.

  • Site de l’investigation

L’investigation a eu pour site les secteurs de Thaighé, Horret fommo, Ley sare poret gobi et Kabita dans la commune urbaine de Lélouma chef-lieu de la Préfecture.

  • Déroulement de l’investigation

L’investigation autour des foyers et à Hôpital préfectoral a été réalisée du 24/06/2017 au 26/06/2017 par l’équipe cadre du district avec l’appui de l’équipe ERARE et OMS de la région de Labé.

  • Phase préparatoire
  • Partage d’informations avec les différents niveaux concernés,
  • Constitution de l’équipe d’investigation incluant la DPS de Lélouma, l’ERARE, et l’OMS.
  • Préparation des outils (fiche d’investigation, kits de prélèvement, médicaments…)
    • Phase de mise en œuvre
  • Présentation de civilité au Préfet de Lélouma, aux familles touchées.
  • Recherche active des cas et des exposés
  • Rencontre et interview des familles
  • Collecte des données
  • Sensibilisation de la communauté.
    • Phase post-investigation
  • Elaboration du rapport,
  • Débriefing de l’investigation.
    • Investigation proprement dite

Les aliments incriminés seraient probablement du lait caillé et le couscous, qui furent préparé le 22/06/2017. Le jour de la cérémonie de mariage proprement dite, c’est-à-dire le 23/06/2017 après la consommation de ces aliments, les premiers symptômes se sont manifestés le 24/06/2017 (après 00H).

L’enquête de traçabilité a pu retrouver le lieu et la femme qui a préparé le lait.

Elle déclare avoir acheté le sac de lait à Lélouma chez un commerçant de la place dont elle ne se souvient pas de la date d’expiration et le sac vide n’a pas été retrouvé et aurait servi à l’emballage des colas et autres paquets.

  • Objectifs

Faire l’investigation autour des cas de diarrhée et vomissement.

De façon spécifique, il s’agissait pour nous de :

  • Identifier les nouveaux cas et les caractériser
  • Identifier l’agent causal
  • Identifier la source de contamination
  • Mettre en œuvre les mesures de prévention et de contrôle de l’infection.
  1. Résultats

Cette investigation a permis de mesurer les exposions ainsi que la morbidité.

Soixante-trois cas de toxi-infection alimentaire collective répartis comme suit :

Homme : 30 et Femme : 33 soit un total de 63 malades dont 19 hospitalisé

Secteurs 0 à 5 ans 6 à 14 ans 15 ans et Plus Total
M F M F M F
Thiaghè 7 0 3 4 9 7 30
Ley sare 3 1 1 2 2 10 19
Hore Fommon 0 0 0 1 1 5 7
Kabita 0 0 0 0 0 1 1
Poret gobi 0 1 2 0 1 2 6
TOTAL 10 2 6 7 13 25 63

A ce jour, il reste sept (7) malades en observation dont l’évolution clinique est favorable.

  1. Conclusion :

Au terme de l’investigation, l’équipe a procédé au prélèvement de 5 échantillons pour être analysés au laboratoire de référence de Conakry afin de déterminer l’agent causal.

Le reste des malades sont en observation à l’hôpital préfectoral de Lélouma et nous prenons en charge des cas de toxi-infection alimentaire en attendant le résultat de laboratoire.

Rédacteurs :

Dr KPAMOU Ouo-Ouo, DPS Lélouma ;

Dr BARRY Mamadou Saidou, MCM Lélouma,

Dr CAMARA Sayon Karifa, Medecin chirurgien HP Lélouma;

Dr LENO Jean Pierre, SNIS Lélouma ;

Dr BALDE Abdoulaye Tounkourouma, ERARE;

Dr DIALLO Abdoulaye Diari, ERARE

Mr DIALLO Amadou, ERARE;

Dr DIALLO Mamadou Tanou, ERARE;

Dr DIALLO El. Mamadou Saliou, OMS ;

Dr OULARE Bakary, OMS

 

Source: Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS)

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE