SHARE

L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a signé avec la Banque africaine de développement (BAD) un accord de prêt de 34,41 milliards de yens (soit environ 300 millions de dollars US) en faveur du secteur privé en Afrique, le 15 juin 2017 à Abidjan. Ce prêt s’inscrit dans le cadre de l’Assistance renforcée au secteur privé en Afrique (dite par acronyme anglais EPSA, pour Enhanced private sector assistance).

Il s’agit là du septième prêt d’assistance au secteur privé en Afrique octroyé par le Japon avec le soutien de la BAD. Assorti d’un taux d’intérêt de 0,35 %, celui-ci est remboursable sur une période de 40 ans, après un délai de grâce de 10 ans. Ce prêt est destiné à stimuler la croissance économique et à réduire la pauvreté en Afrique, en soutenant le secteur privé via le guichet non souverain de la BAD.

Étaient présents à la cérémonie de signature de ce nouveau prêt, l’ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire, Hiroshi Kawamura, du directeur général pour l’Afrique de la JICA, Ryuichi Kato, et du représentant en chef de la JICA en Côte d’Ivoire, Tsutomu Iimura. La vice-présidente par intérim chargée des finances, Hassatou N’Sele, et la conseillère juridique générale, Hélène N’Garnim-Ganga, représentaient la Banque.

Cet accord de prêt marque la fin de la deuxième phase de l’initiative EPSA et le début de la troisième, annoncée lors de la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), en août 2016, à Nairobi, au Kenya. Le Japon et la BAD avaient alors convenu d’engager ensemble plus de trois milliards de dollars EU sur les trois prochaines années, en faveur du secteur privé en Afrique.

Remerciant le gouvernement et le peuple japonais, ainsi que la JICA, pour leur soutien infaillible à la BAD et au continent africain, la vice-présidente Hassatou N’Sele a souligné l’importance des prêts octroyés dans le cadre de l’initiative EPSA, dont le total cumulé depuis 2007 atteint 1,5 milliard de dollars EU : « La JICA est un partenaire stratégique essentiel pour la BAD et l’un de ceux qui contribuent le plus au développement en Afrique. » Et de poursuivre à l’adresse des représentants de la JICA : « Votre appui à la croissance du secteur privé, à la création d’infrastructures de qualité et à la réduction de la pauvreté, a permis à la Banque de décupler son portefeuille du secteur privé depuis le lancement de l’initiative EPSA il y a un peu plus de dix ans. Ce prêt aidera à poursuivre la croissance des opérations non souveraines de la Banque, dans la droite ligne de ses Cinq grandes priorités, qui font toutes appel au secteur privé », a-t-elle déclaré.Résultat de recherche d'images pour "dollars us"

Les priorités de la JICA pour l’Afrique répondent pleinement aux Cinq grandes priorités de la BAD, dites Top 5, a tenu également à souligner le directeur général de la JICA pour l’Afrique, Monsieur Kato, qui a rappelé que, pour la troisième phase d’EPSA, la JICA et la BAD ont l’intention d’investir 3 milliards de dollars EU dans les trois ans.

Le premier prêt d’assistance au secteur privé que la JICA avait accordé à la BAD a été signé en 2007, pour un montant de 100 millions de dollars EU. Ce septième prêt porte à 1,5 milliard de dollars EU le total cumulé des prêts accordés dans le cadre d’EPSA depuis lors. L’initiative EPSA compte en fait trois composantes : les prêts au titre d’assistance au secteur privé, tel que celui qui vient d’être octroyé ; la Facilité de cofinancement accéléré pour l’Afrique (ACFA par acronyme anglais) pour le cofinancement du secteur public (conjointement avec la JICA) ; et le Fonds d’assistance au secteur privé africain (FAPA), un fonds fiduciaire thématique multi-donateurs que gère la Banque.

Contact :

Peter Ide, chargé d’assistance technique en chef, Département syndication, co-financement et solutions clients (FIST), BAD – p.ide@afdb.org ou epsa@afdb.org

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE