SHARE

Les députés des partis politiques de la majorité présidentielle(CMP) ont tenu vendredi soir, une conférence de presse sur la constitution. Zoumana N’tji Doumbia a situé sur les enjeux de l’exercice référendaire qui anime les débats.

Tous les partis soutenant le président malien IBK étaient présents à la maison de la presse : ADEMA, RPM et bien d’autres comme la CDS. C’est de cette formation qu’est issu le député Doumbia non moins président de la commission lois, qui a tenu en haleine les médias. « Jamais un projet n’a fait autant d’écoutes citoyennes» a lancé l’élu qui a salué la mobilisation de l’intergroupe parlementaire de la majorité.

Des insuffisances étaient nombreuses dans la Constitution de 1992, ce qui explique la réactualisation en cours, avec de nouvelles institutions comme le Senat. Il a précisé qu’1/3 des membres sera nommé par le Chef de l’Etat tandis que les 2/3 restants viendront des suffrages. Les Sénateurs auront tous un mandat de 5 ans.

La création du Senat est une mise en œuvre de l’accord pour la paix d’Alger, a rappelé l’honorable Zoumana N’tji. Aussi l’interdiction du nomadisme politique, la rallonge de la vacance de pouvoir de 40 jours à 3 mois, la démission du Premier ministre par le Président de la République sont entre autres des innovations majeures de la constitution qui sera soumise à référendum.

« Sur les 122 articles de 1992 , ce sont 17 qui ont été modifiés » a indiqué celui qui était récemment à la tête du groupe APM ( Alliance pour le Mali). Désormais les institutions du Mali sont : Le Chef de l’Etat , le Gouvernement , l’Assemblée nationale ,le Senat , la Cour Consitutionnelle ,la Cour Suprême et enfin le Conseil Economique et Social.

Au moment de clore, Zoumana N’tji Doumbia a révélé : « Le président IBK n’a jamais donné de consigne mais a insisté sur une chose en ces termes : ‘’faites ce qui est bon pour le Mali’’ ».
.

Idrissa KEITA pour JMI
Correspondant particulier de JMI au Mali
JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE