Cinq jours Seulement après l’odieux assassinat du jeune Boubacar Diallo, conducteur de taxi-moto à Lambandji, dans le secteur Wariah, où le jeune a été égorgé par des inconnus qui ont ensuite emporté sa moto ; une autre tentative a cette fois-ci mal tournée pour un autre qui voulait s’en prendre à un taxi-motard.

Ne croyant plus en la justice, les jeunes et les habitants du coin ont appréhendé le jeune bandit, l’ont malmené et brûlé vif séance tenante. Les forces de l’ordre arrivées quelques minutes après, ne pouvaient que faire l’horrble constat.

Sur les circonstances qui ont secoué le quartier Lambandji, cet après-midi, un témoin explique: «Le jeune qui a été brulé vif a essayé de voler la moto d’un jeune conducteur  de moto-taxi, mais ce dernier a résisté. Les riverains qui ont suivi la scène, ont volé à son secours, il s’est enfui pour se réfugier dans la cour de l’Université UNIC, c’est de là qu’il a été extirpé pour être brûlé sur le champ ».

Après l’arrivée des forces de l’ordre, des échauffourées ont éclaté entre les jeunes massivement mobilisés sur les lieux. S’en sont suivis des tirs de gaz lacrymogènes, jets de pierres et courses-poursuites.  Au moment où nous mettions online, le calme était revenu dans le coin et le corps de la victime évacuée.

Ce climat d’insécurité et la frilosité des Guinéens à se rendre justice par la vindicte populaire en dépit du mois saint du ramadan, témoignent de la déliquescence de l’autorité de l’État et du manque de foi en la justice guinéenne.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments