SHARE
Le président Denis Sassou-N’Guesso, ce lundi 22 mai 2017, a posé la première pierre pour la construction du siège du parlement congolais. La cérémonie s’est déroulée en présence du vice-ministre chinois du commerce, Qian Keming, envoyé du gouvernement chinois, en séjour à Brazzaville.
 
« Dans 3 ans la Chine remettra au Congo les clés des nouveaux bâtiments du parlement, pour doter l’Assemblée Nationale et Sénat des locaux qui leur sont propres, pour permettre à ces deux institutions législatives de travailler dans un cadre agréable et confortable. » C’est en ces termes que s’est exprimé, Xia HUANG, ambassadeur de Chine au Congo, déroulant le mot du gouvernement de son pays, à l’occasion de la cérémonie de pose de la première pour la construction du nouveau siège du parlement congolais.
 
Puisque, dans le cadre des accords de coopération sino-congolais, le Congo a bénéficié d’un financement à titre de don pour la construction d’un nouveau siège du parlement à Brazzaville.
 
Le nouveau du parlement, dont les travaux viennent d’être lancés par le président Denis Sassou-N’Guesso, posera sur une superficie de 4,5 hectares. Le site qui l’accueillera est situé en face du commissariat et le ministère de la justice. Il constitue un triangle délimité par le boulevard Denis Sassou-N’Guesso, l’avenue Charles De Gaulle avec à la base la voie d’accès à l’institut Louis Pasteur et au sommet le rond de la République (ex-CCF).
 
Ce siège comprendra au rez-de-chaussée, aussi bien pour l’Assemblée Nationale que le Senat 7 salles de réunions pour 50 personnes, une salle de presse, 2 salons VIP, 2 salles de commissions permanentes et auxiliaires et une salle de soin de santé. Il y sera construit, également un hémicycle de 500 places pour l’Assemblée nationale ; un hémicycle de 300 places pour le Sénat,  salle d’archives et bibliothèques, des salles techniques ainsi que des blocs sanitaires. Les bureaux pour le Sénat et l’Assemblée nationale seront logés au premier, deuxième et troisième étage.
 
Ainsi, comme l’a souligné Jean Jacques Bouya, ministre congolais de l’aménagement du territoire et des grands travaux, faisant la présentation technique de l’ouvrage, « ce bâtiment sera surtout doté de toutes les commodités de la modernité technologique qui prouvent son caractère intelligent. »
 
L’ambassadeur de Chine qui a précédé Jean Jacques Bouya sur le lutrin a vanté la coopération fructueuse entre la Chine et le Congo, vieille de 53 ans déjà. Pour le diplomate chinois, « si ce jalon a pu être jeté dans les conditions les plus favorables, c’est grâce à une évolution rapide des relations amicales entre nos deux pays au cours des dernières années. » Les relations amicales entre les deux Etats qui ont été marquées au cours des trois années écoulées par deux visites d’Etat que le président Denis Sassou-N’Guesso a effectuées en Chine.
 
Et le futur siège du parlement congolais est le résultat de la décision prise par les deux chefs d’Etat en 2016, de porter les relations bilatérales au niveau du partenariat de coopération stratégique global.
 
Sur cette base, a dit l’ambassadeur de Chine en pose à Brazzaville Xia HUANG, le Congo et la Chine insuffle un nouveau dynamisme pour être un exemple dans le cadre de la solidarité Sud-Sud.
A travers la construction de ce siège, dont le cout des travaux s’élevé à plus de 34 milliards, tous financés par la chine au bénéfice du Congo, les deux peuples (congolais et chinois) tracent, de plus, la trajectoire d’une coopération mutuellement agissante et avantageuse. 
MIATOLOKA Boryce Agapyth pour JMI
Correspondant particulier de JMI au Congo

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE