SHARE

L’adage qui dit souvent que l’habit ne fait pas le moine sied mieux pour parler des commerçants et opérateurs économiques guinéens. Décidément, les années, les mois et jours se suivent mais malheureusement se ressemblent en Guinée. Chaque mois de Ramadan est l’occasion pour cette catégorie de personnes cupides, sans vergogne et avides de gains faciles pour prouver au reste du monde, l’étendue de leur hypocrisie et de leur manque de foi.

Sinon comment comprendre que des gens qui se disent musulmans puissent tomber aussi bas, en augmentant les prix des denrées de première nécessité, tout simplement tenez-vous bien! À cause de l’approche du Ramadan !

Ils n’ont rien compris des enseignements du saint prophète Mohamed (PSL), ni de sa vie. Ils n’ont rien compris de la sagesse qui a permis à ce prophète de fonder « vingt empires terrestres et un empire spirituel, qui survivent au-delà du temps » comme le décrivait si bien François de Lamartine. La réussite de cet homme-là ne résidait pas dans les biens matériels de ce bas monde, ni dans la thésaurisation,  mais à son humilité, à sa serviabilité et à sa générosité infinie.

L’islam, religion de charité

Il aurait pu régner avec une couronne dorée et dans l’opulence mieux que  les souverains César ou Napoléon réunis. Il fut rappelé à son Seigneur dans le dénuement matériel total, car sa vie et sa mort étaient vouées à l’adoration de son Seigneur. Il n’avait aucun attachement pour la vie d’ici-bas parce que confiant que la réussite et la récompense de l’au-delà n’avaient rien de comparable. Plusieurs siècles après, il reste et demeure pour l’éternité l’une des plus grandes figures religieuses et politiques de l’histoire de l’humanité.

Il ne refusa pas un seul jour de répondre aux sollicitations des pauvres et des nécessiteux, ses biens appartenaient à ceux qui n’avaient pas de biens. Il se privait jusqu’au dernier retranchement pour leurs venir en aide.  Ses compagnons faisaient de même.  Voilà la vie du prophète de l’Islam qui a été envoyé aux mondes en guise de miséricorde divine.

« Les actions les plus aimées de Dieu sont : rendre un autre musulman heureux, le soulager d’une épreuve qui l’a affligé, payer une de ses dettes et soulager sa faim.  Il m’est plus cher d’aller voir un frère musulman pour combler un de ses besoins que de m’isoler un mois durant dans la mosquée… » Cet enseignement du prophète à lui seul résume qui il était.

Les commerçants et opérateurs économiques guinéens sont malheureusement  bien loin de cet exemple et de ses enseignements. Ils pensent que l’Islam se résume à porter de gros bonnets et des bassins scintillant et à se munir de chapelets sans aucune valeur spirituelle, pour envahir les mosquées pendant le Ramadan, faire des prosternations et des génuflexions alors que leurs ventres sont remplis de haram (illicite) alors que leurs habits, chaussures et leur nourriture sont le fruit du gain illicite, de l’avilissement des pauvres et nécessiteux. « Vos invocations et prières ne seront jamais acceptées » (parole du prophète).

Tous les maux dont souffre aujourd’hui l’Islam dont le terrorisme, l’extrémisme, l’intégrisme et le fondamentalisme religieux résident dans la méconnaissance de la vie qu’a menée le prophète Mohamed. C’est la noblesse de son caractère qui a gagné les cœurs des peuples du monde, au-delà des différences et des cultures.

« Je voulais mieux connaître la vie de celui qui aujourd’hui détient indiscutablement les cœurs de millions d’êtres humains. Je suis désormais plus que jamais convaincu que ce ne fut pas l’épée qui créa une place pour l’Islam dans le cœur de ceux qui cherchaient une direction à leur vie. Ce fut cette grande humilité, cet altruisme du prophète, l’égard scrupuleux envers ses engagements, sa dévotion intense à ses amis et adeptes, son intrépidité, son courage, sa confiance absolue en Dieu et en sa propre mission. Ces faits, et non l’épée, lui amenèrent tant de succès et lui permirent de surmonter les problèmes » écrivait Mahatma Gandhi dans son journal intitulé « Young India ».

Comment se comportait-il pendant le mois de Ramadan ?

Le Prophète se hâtait de faire le bien et était « plus généreux que le vent porteur de pluie » selon la tradition prophétique. En fait, sa générosité augmentait pendant le mois sacré, au cours duquel il prodiguait les aumônes et les bienfaisances, en plus de son assiduité dans la récitation du Coran, dans la multiplication des prières surérogatoires et des évocations, et dans l’observance de la retraite spirituelle.

Voilà comment se comportait le Prophète qui vous a recommandé sous l’injonction de son Seigneur le jeûne du Ramadan. Sans oublier que la zakat (aumône obligatoire pour les riches) est l’un des cinq piliers de l’Islam.

Aucune excuse pour un commerçant ou opérateur économique musulman de hausser les prix à l’approche du mois de Ramadan, quel que soit le motif.

Qu’ils reviennent à la raison et se repentissent en suivant les enseignements du prophète, car sa vie et ses enseignements sont un livre qui explicite l’Islam dans toute sa simplicité et sa noblesse. Ceux qui se plaisent à faire du mal et du tort aux Hommes, au nom de l’Islam ne sont pas des musulmans mais leurs ennemis. Car l’Islam, c’est tout autre.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JMI Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE