SHARE

‘’Il y a un manque de volonté politique pour la tenue de ce procès. Vu la résistance de l’Etat, l’inertie de l’exécutif, l’abandon du dossier par le judiciaire et le manque de neutralité, nous avons donc dit que notre mission ne pouvait continuer en l’espèce, à moins d’être solidaire de nos autorités. Vu tout ceci nous disons que notre mission ne peut continuer. Depuis le 30 Avril nous devrions vous dire cela’’, a déclaré le président du collectif des avocats, du commandant Toumba Diakité détenu à la maison correctionnelle de Coronthie, accusé d’être le cerveau des massacres du 28 septembre 2009, Me  Paul Yomba Kourouma, lors d’une conférence de presse organisée ce lundi, 8 mai 2017 à la Maison de la Presse.

Une aubaine pour le collectif des avocats de l’ex-aide de camp de l’ancien chef de la junte militaire guinéenne Moussa Dadis Camara, de faire un point sur le dossier du 28 septembre 2009 et  ses délibérations.

Devant la presse, Me  Paul Yomba Kourouma a également a dit que le collectif des avocats de Toumba Diakité a demandé à l’Etat de les prendre au sérieux. ‘’Nous avions dit que nous n’étions en train de jouer parce que des vies étaient en danger et le peuple attendait de la justice’’, a-t-il fustigé.

A ses yeux, ce dossier est trop sérieux pour que l’on traine encore les pieds !‘’Nous avions dit que si l’Etat n’organise pas le procès du dossier du 28 septembre d’ici 29 avril, nous allons suspendre notre assistance à l’égard de notre client. Nous sommes allés ce matin lui serrer la main pour la dernière fois et lui dire que nous sommes gênés et que son pays était incapable de lui rendre justice ainsi qu’à tous ceux qui morts’’, a affirmé Me  Paul Yomba Kourouma.

 

Momo SOUMAH pour JMI

JMJ Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments

SHARE