Les manifestations qui ont éclaté dans la préfecture de Boké, ce début de semaine sont d’une ampleur inédite. Menés au départ par la jeunesse de Boké pour exprimer son ras-le-bol face aux délestages du courant électrique, au manque d’eau et d’emplois, la fièvre contestataire a embrasé tout le Kakandé.

Au bout d’une semaine d’un violent mouvement de protestation, les dégâts matériels sont énormes.

Même les femmes ne sont pas restées en marge de ce mouvement qui a secoué la ville de Boké et ses environs. Pendant quatre jours intenses marqués par la contestation populaire et la violente répression qui s’est abattue sur les contestataires, le bilan est lourd : 29 blessés dont 9 par balles, selon les statistiques de l’hôpital régional, avec au moins une victime tuée dans les accrochages avec les forces de sécurité.

Malgré le retour à un calme précaire ce vendredi, la reprise des activités est plutôt timide dans le centre-ville. Les écoles sont toujours fermées. Pendant ce temps, les manifestants ont accepté de quitter la rue et de venir à la table des négociations

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

© Copyright 2000 – 2017 | justinmorel.info

Comments

comments