Pour attirer l’attention des acteurs du monde minier en Guinée, sur la nécessité d’améliorer la gouvernance dans le domaine des ressources extractives, l’ONG Action Mines a projeté ce vendredi, 14 Avril 2017 au Centre culturel franco-guinéen, deux  films documentaires sur la manière dont les ressources minières sont exploitées dans les différentes localités du pays.

Ces deux films concernaient l’exploitation de la bauxite à Boké et de l’Or à Siguiri. La soirée de projection a été l’occasion pour  la troupe théâtrale, la Muse de jouer sur scène une pièce dans laquelle elle ressort l’impact environnemental, social et cultuel dans les zones d’exploitation minière en Guinée : fissures des bâtiments, expropriation des terres cultivables, détérioration de la sphère de l’élevage sont le lot quotidien des populations des zones riveraines.

Ces deux films documentaires retracent de façon crue, les conditions d’exploitation de la bauxite à Sangaredi dans la zone de Boké et de l’exploitation artisanale de l’or à Siguiri en haute Guinée, ne respectant aucune norme du code minier guinéen. Les populations de ces zones dévastées par l’exploitation minière ne bénéficient pas réellement des retombées de cette exploitation.

Les conséquences de cette exploitation anarchique sont dramatiques : les enfants de ces localités ne font que subir la déperdition scolaire, le banditisme à grande échelle, la dépravation des mœurs, la pollution sur toutes ses formes et l’appauvrissement des terres arables (exploitation de l’or à Siguiri).

L’objectif poursuivi par Action Mines, à travers la production et la projection de ces films documentaires, c’est : « d’interpeler les décideurs à approfondir leurs réflexions sur l’importance d’améliorer la gouvernance des ressources, histoire de préserver les valeurs du pays et promouvoir un environnement saint et radieux pour les génération actuelles et futures ».

Visiblement satisfait du travail abattu par cette ONG qui œuvre pour la bonne gouvernance des ressources minières en Guinée, les participants ont suggéré à la structure d’élargir la vulgarisation, en vue d’une perception globale de ce fléau.

Pour rappel, ces films ont été produits à l’issue du projet dénommée ‘’ droits des communautés riveraines des zones minières en Guinée’’ financé par OSIWA (Open society institue for West Africa), qui montrent les problèmes liés à l’exploitation minières et invitent les gouvernants à fiabiliser le secteur extractif en Guinée.

Ce projet avait permis à l’organisation de sillonner dans sept préfectures minières, à savoir : Boké, Kindia, Forécariah, Dinguiraye, Siguiri, Kérouané et Beyla.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI 

JMJ Copyright © JustinMorel.Info

Comments

comments