Plus d’un mois après le reportage de l’envoyée spéciale de France 24 à Conakry dans les ghettos où vivent retranchés, les jeunes de l’axe, ils en veulent toujours à la journaliste de France 24, qu’ils accusent de les avoir ‘’vendus’’ à la police et à la gendarmerie.

En effet le reportage de Sarah Sacko montrant le témoignage sur la chaine française de certains leaders de l’axe sur leurs conditions de vie,  à visage découvert, dans le secteur réputé ‘’explosif’’ de ‘’Gnari Wada’’, avait été presque automatiquement suivi d’une descente musclée de la police et de la gendarmerie pour mettre la main sur certains d’entre eux qui avait été identifiés.

Cette tentative des forces de l’ordre avait alors  essuyé une farouche résistance des jeunes de l’axe, qui avait paralysé tout le secteur et la circulation sur la route Leprince, le soir de sa diffusion sur France 24. Le lendemain, les jeunes ont barricadé la route pour protester contre l’arrestation de certains d’entre eux mais surtout contre ‘’l’attitude de la journaliste france24’’ qu’ils ont accusé « de manque de loyauté, pour avoir fait passer à visage découvert des jeunes qui se sont laissés filmer en train de fumer du chanvre indien, tout en essayant d’en faire le lien avec les pillages de la station de Bambeto », dénonce Ibrahima Aminata Diallo, président de La Plateforme des Jeunes leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement, au cours d’un point de presse animé ce mercredi 5 avril, pour rétablir la « vérité ». Il pointe du doigt une violation flagrante des règles basiques de l’éthique et de la déontologie du journalisme, « pour avoir exposé à la répression des jeunes qui lui ont facilité son travail ».

Le président de la PJDD a déclaré aux journalistes que : « ce reportage n’aurait pas été possible sans le concours  de la Plateforme  des Jeunes leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJDD) et de l’ONG la Baïonnette Intelligente qui se sont investis » pour faciliter le travail de la journaliste de France 24.

« Des jeunes leaders ont accepté de l’accompagner à Nyaari Wada dans le quartier de Hamdallaye pour rencontrer les jeunes mais, dans son reportage Sarah Sackho a réduit les jeunes de l’Axe aux petits fumeurs de chanvre indien dont elle a fait les vedettes de son reportage et, passé sous silence les divers  interviews qu’elle a faite avec les leaders du PJDD qui lui ont exposé le bilan de leurs actions de lutte non violente qu’ils mènent depuis  plus de trois ans, elle renforce ainsi l’image négative que certains attribuent aux  jeunes de l’Axe », s’ est insurgé le leader du PJDD.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JustinMorel.Info Copyright © JMI

Comments

comments