La disparition de l’un des journalistes les plus emblématiques de la Radio France Internationale (RFI) a provoqué chez les auditeurs africains de Rfi, la stupéfaction, le chagrin et la tristesse.

Certains ont eu du mal à retenir leurs larmes, tellement l’accointance, le caractère atypique et attachant, cette façon unique de fonctionner que Laurent seul possédait à Rfi, en avait fait une icône. Il jouissait de ce fait d’une aura à telle enseigne que l’annonce de sa disparition a carrément provoqué une onde de choc chez les fidèles auditeurs de Rfi.

Cette disparation n’émeut pas que les auditeurs, mais également des professionnels du monde des medias sur le continent. Justin Morel Junior Junior, ancien présentateur vedette à la voix de la révolution, ancien ministre de la communication et des TIC et de la culture, fondateur du site Guineeconakry.info et du site justinmorel.info s’en souvient.Résultat de recherche d'images pour "laurent sadoux"

Extraits : «#LaurentSadoux: au début, je me demandais quel était ce journaliste qui se croyait dans son salon. En l’écoutant, j’ai compris qu’il avait raison. Sa voix exprimait l’envie de vivre d’un homme, le besoin de communiquer d’un journaliste qui savait que chaque jour de plus était »une vie en moins » pour lui, qu’une maladie condamnait à quitter plus tôt ce monde. Cette maxime qu’il répétait à l’envi, était le message intelligent du journaliste empathique à ses sympathiques auditeurs : »Prenez soin de vous… Chaque jour est une vie ». En chacun de nous, ces mots avaient semé une graine de vie qui lui survivra… Éternellement. Merci Laurent pour cette leçon de Vie. Repose en paix ! ».

Ce message à lui seul, traduit profondément l’homme qu’incarnait Laurent Sadoux aux yeux des professionnels de la presse africaine. Crois-le Laurent, tes millions d’admirateurs de par le continent continuent à pleurer ta disparition.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

Copyright © JustinMorel.Info

 

Comments

comments