SHARE

L’annonce de l’arrêt de la cour suprême annulant la condamnation d’Alpha Oumar Boffa (AOB), Jean Guilavogui et Fatou Badiar, sonne comme une victoire pour les familles des détenus.

Les trois condamnés, respectivement pour la réclusion criminelle à perpétuité pour les deux premiers et quinze ans pour la dame, dans l’affaire du 19 juillet 2011, seront désormais renvoyés au tribunal de première instance de Conakry 2, selon l’avocat des victimes Salifou Béavogui.

Le fameux procès dans l’affaire de l’attaque du domicile privé du chef de l’État Alpha Condé en 2011, retransmis à la télévision guinéenne avait passionné tout le peuple de Guinée, et suscité divers interprétations.

Si les uns croient dur comme fer que l’attaque a bel et bien eu lieu avec préméditation, comme l’avait conclu les enquêtes menées par les autorités et confirmées par la condamnation des trois individus, beaucoup y voyaient par contre une « manouvre politique qui visait à écarter des personnalités gênantes ».

Le plus intriguant dans ce dossier, ce sont les cas de Bah Oury et Tibou Kamara qui ont été reconnus par le président de la république en personne et par les enquêteurs comme les principaux instigateurs de l’attaque, qui sont aujourd’hui dans les grâces du pouvoir et que, ceux qui sont « leurs hommes de mains » croupissent en prison ?!?

En tout état de cause, cet arrêt de la Cour suprême annulant les condamnations de Fatou Badiar, de Jean Guilavogui et AOB, donne de la voix aux principaux concernés. Notamment l’avocat des victimes qui a qualifié ce procès de « faux procès et un faux jugement  montés de toutes pièces ».

Les trois condamnés parviendront-ils à se faire libérer par le TPI de kaloum ?

JMI suit.

Mamadou Aliou DIALLO pour JMI

JustinMorel.Info Copyright © JMI

Comments

comments

SHARE