SHARE

A Rome, les chefs d’Etat et de gouvernement n’auront d’autre message que leur propre volonté d’unité. La courte déclaration en deux pages que leurs aides ont laborieusement négocié, arrondissant tous les angles jusqu’au dernier moment, se conclut comme celle de Berlin par : « L’Europe est notre avenir commun ».

A Rome, les chefs d’Etat et de gouvernement n’auront d’autre message que leur propre volonté d’unité. La courte déclaration en deux pages que leurs aides ont laborieusement négocié, arrondissant tous les angles jusqu’au dernier moment, se conclut comme celle de Berlin par : « L’Europe est notre avenir commun ». (Crédits : Reuters)

Confrontée à un risque de dislocation, l’Union européenne doit plus que jamais réinventer sa méthode dans les deux années à venir.

Cérémonie au Capitole et dîner au Palais du Quirinal : pour le 60ème anniversaire de leur Union, les Européens ont soigné les symboles. Le retour dans la capitale italienne, où fut signé le traité fondateur, est une manière de montrer que quelque chose, sur ce continent, continue de se construire.  Mais comme il y a 10 ans à Berlin, cette célébration se lit aussi comme la tentative de surmonter, non pas un échec, sinon elle n’aurait pas lieu, mais un revers. En 2007, il fallait oublier le rejet, par référendum, d’un traité constitutionnel patiemment élaboré pendant 18 mois par les 105 membres de la Convention. A présent, il faut tourner la page du Brexit, la sortie, elle aussi décidée suite à un vote populaire, du Royaume-Uni auquel il avait fallu 12 années d’hésitations et d’efforts diplomatiques pour rejoindre le « club » en 1973. Les manifestants venus participer à la célébration auront beau être nombreux à marcher sur le Capitole, il sera difficile d’oublier à quel point cette tentative de faire exister une communauté d’Etats pacifique et prospère, sans cesse en train d’inventer sa méthode, entretient un rapport compliqué à ses propres peuples.

Une courte déclaration laborieusement négociée

A Rome, les chefs d’Etat et de gouvernement n’auront d’autre message que leur propre volonté d’unité. La courte déclaration en deux pages que leurs aides ont laborieusement négocié, arrondissant tous les angles jusqu’au dernier moment, se conclut comme celle de Berlin par : « L’Europe est notre avenir commun ». A la question : comment peut-elle le rester ?, elle n’apporte pas de réponse. « La déclaration de Rome ne va pas changer le fonctionnement de l’Union européenne. Rome est utile pour rassembler après le traumatisme du Brexit », explique le député social-démocrate allemand Jo Leinen. La fête passée, il faudra revenir au labeur quotidien.

A commencer par la gestion d’un divorce dont la demande sera envoyée le 29 mars par la première ministre britannique Theresa May, absente à Rome. Un mois plus tard, les Vingt-Sept se reverront pour donner un mandat de négociation à leur négociateur en chef, Michel Barnier. Ce mandat sera crucial. Le référendum du 23 juin puis le Brexit crée un précédent. Les conditions faites au Royaume-Uni sont aussi importante pour ses relations futures avec le Continent, que pour l’unité du Continent lui-même. Des « Exit » en chaîne signifieraient la fin de l’Union européenne. Pour l’instant, il  n’y a pas d’autre candidat. Et il n’y en aura sans doute à court terme.

La menace de sortie formulée par le prédécesseur de Theresa May a d’ores et déjà rendu plus légitimes celles des dirigeants qui aimeraient jouir d’une plus grande liberté au sein de la communauté. Il avait été répondu à David Cameron en février 2016 par une offre de nouveau « deal » destiné à l’aider à convaincre ses concitoyens de voter pour « rester ». D’autres pourraient en demander le bénéfice, sous la menace d’un référendum chez eux ou même d’un veto à l’accord final avec le Royaume-Uni, lequel devra être ratifié par chacun des Vingt-Sept. La négociation va donc se dérouler sous une pression sans précédent des gouvernements, des parlements et des opinions nationales, voire régionales (puisque les traités commerciaux doivent désormais être ratifiés par les régions), leur donnant un formidable levier.

Comme l’a bien compris le président de la Commission européenne en mettant sur la table ses « cinq options » pour l’avenir de l’Union début mars, l’enjeu de la négociation qui va commencer va bien au-delà du Brexit. C’est une révision en grand des relations entre tous les autres membres de l’Union  qui se prépare. Résultat de recherche d'images pour "europe union européenne zone euro"

L’Europe « à plusieurs vitesses » écartée

L’expression d’ « Europe à plusieurs vitesses » a été écartée du texte de la déclaration de Rome, de même qu’elle ne figure pas dans le Livre blanc de la Commission : les pays d’Europe centrale, à commencer par la Pologne y verraient le signe d’une volonté de relégation en seconde zone. Le ministre-président wallon Paul Magnette, se qualifiant lui-même de « fédéraliste meurtri », n’avait-il pas appelé à « un Polxit, un Hongrexit, un Roumaxit, un Bulgxit » pendant sa bataille contre le CETA, au seul motif que les dirigeants de ces pays n’étaient pas alignés sur ses propres choix politiques ?

La Commission européenne elle-même ne veut pas en entendre parler. Il y a une bonne raison à cela. De tous les « cercles » différents que la construction européenne a tracés, la zone euro est sans conteste celui dont le trait s’est le plus épaissi au cours des dernières années. Or le fonds de 500 milliards basé à Luxembourg qui a finalement permis le sauvetage de la monnaie unique a bien été créé en conformité avec les traités mais à l’écart des institutions communes. Sans que cela ne soit jamais dit, une nouvelle union européenne existe déjà, placée uniquement sous le contrôle des gouvernements nationaux (dont les ministres des Finances siègent au conseil d’administration du fonds) et, à travers eux, des parlements nationaux.

Un autre système institutionnel

Berlin ne veut pas pour l’instant entendre parler pour l’instant de son retour dans le giron « communautaire », c’est-à-dire sous un contrôle quelconque de la Commission et du Parlement européen. Et rien ne dit que l’arrivée du social-démocrate Martin Schulz à la chancellerie y change quoique ce soit. C’est donc un autre système institutionnel, associé mais différent de l’ « Europe de Bruxelles », qui est déjà en train de se construire. Un système dont la réforme et le renforcement, rendus nécessaires par la faiblesse des économies du Sud et de l’Italie en particulier, passera forcément par  un autre « deal », entre Paris et Berlin cette fois-ci, une fois les élections allemandes de septembre passées.

La déclaration de Berlin annonçait le Traité de Lisbonne. Celle de Rome n’a pour l’instant pas d’issue évidente.

Par Florence Autret, à Bruxelles 

Comments

comments

SHARE