SHARE

Oyo, dans la Cuvette, au Nord de la République du Congo, ce vendredi 10 mars 2017, date anniversaire de naissance d’Edith Lucie Bongo Ondimba, sous un temps partagé entre menace de pluie et éclaircis, le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, a procédé à la coupure du ruban, au dévoilement de la plaque inaugurale de l’hôpital qui porte le nom de sa fille ainée et première dame de la République gabonaise, décédée le 14 mars 2009.  

Une manière de traduire dans les faits l’ambition qu’elle a toujours nourri de son vivant de doter son pays et ceux d’Afrique des infrastructures sanitaires modernes de pointe, pouvant rivaliser l’occident. Une manière, enfin, de perpétuer dans le temps son œuvre et sa vocation de médecin et pédiatre, formée à Brazzaville en République du Congo.
 
L’hôpital général spécialisé Edith Lucie Bongo Ondimba d’Oyo est un maillon  de la chaîne des infrastructures sanitaires du Congo, qui vient donner à l’activité économique et humaine de ce pays, cette ville et des environs un nouveau dynamisme. Jean Jacques Bouya, Ministre congolais en charge de l’Aménagement du territoire et de la DGGT l’a souligné dans sa présentation  des caractéristiques techniques de cet ouvrage, dont le coup de pioche a été donné en mai 2008.
 
L’hôpital général spécialisé Edith Lucie Bongo Ondimba d’Oyo est une toute première infrastructure hospitalière dont le Congo ne s’est jamais doté. De par ses équipements et l’offre de santé qu’il met à la disposition des congolais et de la sous-région, cet hôpital traitera des pathologies et endémies que d’aucun avait l’habitude d’aller faire traiter en occident. Des services médicaux qui n’étaient accessibles  qu’à l’étranger qu’on peut, désormais, trouver à l’hôpital général Edith Lucie Bongo Ondimba d’Oyo.
 
Avec une capacité d’hébergement de 200 lits, cet hôpital est un pôle d’excellence de par sa position géographique. Pour le ministre congolais de la santé et de la population, Lydia Kinzonzi Mikolo, cet établissement est appelé à réaliser une vocation internationale. Les populations de la cuvette, de la Likouala et de la Sangha qui, se déplaçaient en direction de Brazzaville bénéficieront désormais des services médicaux de proximité et à moindre coût, a-t-elle renchéri.
 
Né de la volonté du président Sassou N’Guesso à renforcer l’offre de santé, en vue d’améliorer l’accès des populations aux soins de santé de qualité, l’hôpital général Edith Lucie Bongo Ondimba  fait la fierté des congolais. Pour le directeur des soins infirmiers, Thyte Fortuné Kintsouka, cet hôpital de par la qualité de ses équipements donnera de soins de qualité aux populations locales et environnantes à moindre coût avec  des consultations à la médecine générale à la portée de toutes les bourses.
 
Pour sa part, le docteur Elvis Ngollo, des services urgences médico-chirurgicales, a insisté sur la qualité du plateau technique avec notamment l’imagerie médicale moderne et performante, des laboratoires d’analyses médicales, du bloc opératoire, des secteurs de consultations externes, des services des urgences. 
 
Un plateau technique qui n’a pas laissé indifférente, Blanche Tamba, cadre de santé à Paris qui s’est dite émerveillée de voir de telle prouesse réalisée au Congo, tout en invitant les congolais qui hésitent de rentrer au Congo pour des problèmes de santé, car les examens de dialyse sont désormais possibles.
 
Avec une capacité de 125 lits, l’hôpital, ainsi ouvert au public, dispose d’un pavillon de type présidentiel, des salles VIP et tous les services, à savoir: administration, médecine générale, chirurgie, cardiologie, ophtalmologie, ORL, oto-rhino-laryngologie, urologie, pharmacie, morgue, radiologie, laboratoire. 

Pour l’essentiel, il y a lieu de retenir que près de 80 batiments compose ce complexe sanitaire, dont l’immeuble principal est de type pavillonnaire, avec une mezzanine à l’entrée principale pour recevoir les services administratifs. Les lieux de réception des patients sont au rez-de-chaussée. Les salles cliniques sont entièrement climatisées. Il y a trois types d’entrées de véhicules : une entrée pour le personnel ; une entrée pour les ambulances et autres véhicules d’urgence, et une entrée pour les visiteurs. 
 
A noter que, l’hôpital Edith Lucie Bongo Ondimba qui est construit sur une superficie de 23 hectares est un complexe hospitalier qui a pour missions, entre autres, de contribuer aux actions de médecine préventive, à la formation du personnel médical, administratif, medico-technique, administratif et paramédical puis participe à la recherche en santé et à la mise en œuvre de la politique nationale de santé définie par les pouvoirs publics.
 
Aucun message sélectionné
Feedback

Comments

comments

SHARE