SHARE
Mémorandum de création du Fonds bleu sur le bassin du Congo 
Denis Sassou N’Guesso appelle à l’action et à la responsabilité
 
« L’abnégation, la solidarité et la fraternité, voilà l’appel de la responsabilité. L’appel de la raison. »  Ces mots de Denis Sassou N’Guesso, prononcés à la clôture des travaux de la conférence ministérielle sur la création du fonds bleu pour le Bassin du Congo, ce jeudi 9 mars 2017, à Oyo, dans Cuvette, au Nord de la République du Congo, tracent bien la voie à suivre pour donner corps et âme audit fonds.
 
Après deux jours des travaux, du 8 au 9 mars 2017, les rideaux ont été baissés sur cette conférence ministérielle sur le Fonds bleu pour le Bassin du Congo. Des assises qui ont fait œuvre utile pour une préservation et une gestion durable du Bassin du Congo,  à travers  la signature du mémorandum d’accord de création du Fonds bleu.
 
Organisée sur invitation du Président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, qui avait eu l’inspiration d’énoncer, lors de la COP22, en novembre 2016, à Marrakech, l’idée de la création de ce fonds bleu, la rencontre d’Oyo vient de faire date. Et Denis Sassou N’Guesso de saluer l’acte posé par ces intelligences « Vous venez, il y a quelques instants, Madame et Messieurs les ministres signataires, d’accomplir un acte historique, une œuvre déterminante.» a dit le chef de l’Etat congolais, dans son discours de clôture. Il en découle, à la lumière de la pensée de Denis Sassou N’Guesso, « cette œuvre méritoire pose les jalons de notre ambition commune et déblaie le chemin qui mène du rêve à la réalité… »Résultat de recherche d'images pour "fleuve congo basin"
 
La signature du mémorandum d’accord de création du Fonds bleu pour le Bassin du Congo est une étape majeure. En donnant naissance au fonds bleu, les pays du Bassin du Congo vont s’employer à promouvoir des méthodes de développement passant de l’exploitation déraisonné des forêts à un développement durable et innovant, autour des eaux du Congo et de ses affluents.
 
C’est ainsi que Denis Sassou N’Guesso, l’initiateur dudit fonds, pense qu’en portant sur le fonds baptismaux cette noble cause collective, en un temps que l’on pourrait qualifier de record, « les pays signataires venaient d’administrer la preuve de notre détermination, de la détermination de notre continent d’aller le plus loin possible dans la préservation de l’environnement et dans la promotion des mécanismes d’un développement durable et innovant autour du grand réservoir d’eau que constitue le Bassin du Congo. »
 
Le chef de l’Etat a lancé un vibrant appel, a tous les partenaires, aux gouvernements des Etats signataires, aux donateurs et contributeurs espérés et souhaités, d’apporter leurs contributions et de mutualiser les efforts, afin de donner corps, âme et vie au Fonds et aux projets qu’il portera demain.
 
Denis Sassou N’Guesso a reconnu que l’initiative Fonds bleu pour le Bassin du Congo, pour laquelle les dirigeants africains se sont engagés, sans réserve, à l’occasion de la COP22 à Marrakech, procède donc de leur volonté commune de saisir toutes les opportunités qu’offre cet espace géographique, à travers les abondantes ressources en eau dont il regorge.
 
Par ailleurs, il a rappelé à ces dirigeants africains d’en saisir l’opportunité, pour garantir et impulser un développement économique intégré, fédérateur, permettant aux populations d’améliorer la qualité de leur vie.
 
En somme, Denis Sassou N’Guesso a exhorté les pays concernés et l’ensemble de l’humanité à l’abnégation et au dépassement de soi, en s’engageant dans cette entreprise naissante, qui n’aura de succès que par la conquête d’une large solidarité et l’exploration d’une grande fraternité.
MIATOLOKA Boryce Agapyth pour JMI 
 

Comments

comments

SHARE