SHARE

La Guinée, particulièrement les femmes, ont rendu un hommage à Hadja Jeanne Martin Cissé, décédée le 21 février 2017, à Conakry des suites de maladie à l’âge de 91 ans, à travers une cérémonie de lecture du Saint Coran, mercredi 22 février 2017.

Cette cérémonie, organisée au domicile de la défunte, a connu la participation de toutes les femmes ministres, directrices et anciennes femmes cadres de l’Etat. Témoignant sur Hadja Jeanne Martin Cissé, la secrétaire exécutive de l’Union du Fleuve Mano (UFM) ou Mano River Union (MRU), Hadja Saran Daraba Kaba a fait savoir qu’elle a connu la regrettée depuis un peu plus de 40 ans.

Résultat de recherche d'images pour "jeanne martin cisse"«Je l’ai connue quand elle était Secrétaire générale de l’Organisation panafricaine des femmes, ensuite elle a été représentante permanente des Nations unies. De là-bas, elle est revenue comme ministre des Affaires Sociales. Après le changement de régime, elle a fait la prison, elle est sortie de prison et elle a rejoint ses enfants aux USA. Et depuis, on a continué à travailler ensemble. Elle a toujours été une source d’inspiration pour les femmes guinéennes. Elle a été enseignante, syndicaliste, femme politique et femme diplomate. A ce titre, nous l’avons toujours considérée comme une pionnière qui pouvait nous enseigner pas mal de choses. En 1997, je l’ai fait venir à Harare (Zimbabwe) pour présider les Assises du 8ème Congrès de l’Organisation panafricaine des femmes, parce qu’à cette époque, il y avait une grosse bagarre entre les femmes des pays anglophones et francophones. C’est la présence de Hadja Jeanne Martin Cissé qui a empêché cette crise de dégénérer et de couper le continent en deux. Grâce à son expérience politique, elle a pu régler ce conflit, et la panafricaine a pu se tenir. Et Le Sénégal a pris la tête de l’organisation», a rappelé Hadja Saran Daraba Kaba.

Selon Mohamed Pape Camara, fils ainé de la défunte, «cette cérémonie de lecture du Saint Coran pour sa défunte mère est un acte plus solennel, surtout qu’elle est décédée exactement au 1632ème anniversaire de la mort du Prophète Mahommed (PSL), ce qui a une valeur».

«Depuis que j’ai commencé à marcher à quatre pattes jusqu’à aujourd’hui, où je suis un adulte tout conçu, je me rappelle du premier moment de vie lorsqu’elle était institutrice, et que j’allais à l’école en auditeur libre. Elle était déjà assez stricte dans la formation des jeunes, puisqu’elle était institutrice dans plusieurs écoles en ce moment. Je me souviens très bien lorsque j’étais jeune, je la voyais dans les conférences à travers le monde (Russie, Chine, Japon, USA, etc…). Sa  présence dans les activités mondiales des femmes a fait qu’elle avait été honorée à plusieurs reprises par plusieurs entités, et le point culminant, à cette époque-là, a été couronné du fait qu’elle fut la première femme noire à siéger au Conseil de Sécurité des Nations unies. C’était une occasion pour la Guinée de la mettre en avant», a souligné le fils ainé de la défunte.

De son côté, la présidente du Conseil Economique et Social (CES), Hadja Rabiatou Serah Diallo a indiqué, que madame Jeanne Martin Cissé est une référence pour toutes les femmes, pas de la Guinée seulement, mais de l’Afrique et du monde.

«Je pense que toutes les femmes doivent faire comme Madame Jeanne Martin Cissé, qui nous a ouvert la porte. Elle a honoré la femme africaine, je pense aujourd’hui qu’elle n’est pas morte, elle n’est que couchée, mais nous, nous sommes debout, nous devons imiter ses pas et suivre le chemin qu’elle a tracé à toutes les femmes», a-t-elle lancé.

Pour immortaliser la défunte, le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance (MASPFE), sous les auspices de la cheffe du département, Sanaba Kaba, a organisé un symposium pour honorer sa mémoire de la regrettée.

«La perte de Hadja Jeanne Martin Cissé est une perte nationale, africaine et internationale. Cette lecture du Coran est une manière de lui signifier que le peuple de Guinée lui reste reconnaissant», a dit la ministre de l’ASPFE.

A rappeler, que Hadja Jeanne Martin Cissé a été ministre, première femme à présider le Conseil de Sécurité des Nations Unies en 1972, et secrétaire générale de l’Organisation panafricaine des femmes.

KZ/ST

Comments

comments

SHARE